English  

Printemps en Sierra Nevada

    

Ecrit par AnnaBeth

 

Nous sommes maintenant au printemps. Début avril, nous sommes retournés à Puerto de La Ragua dans l'espoir d'une autre journée de raquette avant que toute la neige ne fonde.

Cette fois-ci, la route est dégagée (voir article Excursion en Sierra Nevada ) et nous montons jusqu'au col.

 


 

 

Au col de La Ragua, des groupes de parents et de jeunes enfants commencent à traîner leurs luges de couleurs vives sur la colline. La neige est par endroit éparse, mais avons trouvé un sentier à travers la forêt, toujours recouvert de neige poudreuse, qui zigzague jusqu'au sommet de la montagne.



Personne n'est passé récemment. Les petits tas de neige proviennent de la neige qui tombe des arbres.

Quatre heures de montée sur le sentier le long d'une crête. Ouf. On fait une pause pour manger et se reposer. Puis une heure de descente hors sentier entre les arbres en neige profonde. Plus tard mes poumons ressentiront l'expansion dû à l'effort et l'air frais. Cette nuit-là, je vais dormir profondément. Olivier va à peine dormir. Il dira que c'est à cause de l'énergie qu'il ressent de la neige.

 

 

Je me souviens que la lumière blanche est la raison pour laquelle j'aime la neige.

 



Vue vers le sud-ouest.

 

 

Au-dessous, vue vers le nord. Si vous pouvez voir les petites lignes blanches, ce sont des moulins à vent.

 

 Une véritable sieste. Ça fait un bien fou.

 

 

La redescente

 

  

Nous arrivons à la passe de la Ragua juste avant le crépuscule. Le parking est vide, à l'exception de trois véhicules ; une fourgonnette argentée, une petite voiture bleue et notre 4x4 noir. Deux hommes arrivent de l'autre côté de la route transportant des skis de fond sur leurs épaules. Ils pourraient être père et fils. Comme nous, ils se déplacent lentement, se traînant presque jusqu’à leur fourgonnette. Quelques minutes plus tard, une jeune personne monte le long de la route avec des raquettes et des bâtons en main rejoignant sa petite voiture bleue à l'extrémité du lot. Nous nous saluons avec un "holà".


Le soleil disparait derrière la chaine de la Sierra Nevada alors que nous terminons de ranger et de nous changer. Nous sortons notre riz et nos haricots et nous nous installons sur l’une des tables de pique-nique à proximité des arbres. Les deux hommes continuent de se changer lentement. L'un d'eux est immobile sur un tabouret de camping près de sa camionnette, une chaussure au pied, l’autre défaite. Il semble épuisé. La voiture bleue de l’autre homme est encore là. Tout le lieu est très calme. Nous prenons tous notre temps à laisser derrière nous cette journée magique. Je pense que ce groupe d'amoureux de la neige, a vraiment le privilège d'avoir la capacité - la santé, les compétences, les moyens, la flexibilité d’avoir le vendredi libre - et le goût de la nature qui nous motive à sortir à la fin de l'hiver quand la neige fond et que nous pouvons admirer une dernière fois ce lieu magnifique tout blanc, avant qu'il ne disparaisse jusqu'à l'année prochaine.